Louis Gareau, général et baron de l'Empire
1769-1813

Louis Gareau est né le 28 mai 1769 à Éguilly1, alors baillage d'Auxois au duché de Bourgogne, maintenant canton de Pouilly-en-Auxois, département de Côte-d'Or. Ses parents, Jean Baptiste Éléonore Gareau, « marchand fermier », et Jeanne Foisset, demeurent à Éguilly. Son parrain est son oncle paternel Louis Gareau2. Plus anciennement les Gareau sont originaires du village voisin, Chailly-sur-Armançon, où ils étaient menuisiers ; les premiers connus par les actes des notaires du XVIe siècle sont laboureurs.

Il fit peut-être ses études au collège d'Autun, à l'instar de son cousin Jacques3, et, dans ce cas, a pu y connaitre les Bonaparte ses contemporains. En 1791, à 22 ans, il s'engagea dans le bataillon de la Côte-d'Or qui venait d'être créé.

extrait_2_1
extrait_2_2

Outre ces états de service militaire, on connait quelques aperçus plus intimes. En 1800, près avoir été fait prisonnier à Malte par les anglais, il fut libéré sur parole ; rentré en France, il fut nommé commandant des Alpes-Maritimes le 10 juin 1801. Accusé à tort d'avoir trafiqué avec les anglais, il fut destitué le 1er décembre 1801 ; mais réintégré le 10 août 1803 dans l'armée de Hollande, il reste sans commandement jusqu'au 5 avril 1804 où il fut nommé commandant de la Charente.
Déjà blessé en avril 1809, Louis Gareau avait reçu ensuite le commandement de la place de Brück (Autriche), poste qu'il garda jusqu'à la bataille de Wagram (5/6 juillet 1809) ; c'est à la suite de cette bataille qu'il écrit à J.-B. Jacquin, général en retraite, son ami4 :

« ... J'ai fait une campagne assez malheureuse, j'ai perdu quatre chevaux et le dernier qui fut tué sous moi à la bataille de Wagram, en poursuivant l'ennemi, m'a donné une luxation si violente... que j'en suis encore boiteux... Notre administration des postes [militaires] s'organise : nous espérons qu'à l'avenir nous recevons régulièrement au moins les journaux... », etc.

Malgré l'éloignement, il avait gardé des rapports avec sa famille comme en témoigne une lettre du 10 décembre 1609 :  il intervient en faveur de son frère qui sollicite un emploi dans l'administration forestière.
Il mourut sans alliance ni postérité connue à l'âge de 42 ans.

Deux autres généraux de l'Empire sont originaires du canton de Pouilly-en-Auxois, Lucotte de Créancey (titulaire d'une rue à Paris et dont le nom est inscrit sur l'Arc de Triomphe) et Blondel de Châteauneuf.

Notes

1. Voir l'acte de baptême.
2. La maison Gareau est située sur la route départementale de Semur à Pouilly ; elle sera la propriété du cousin du général Louis Gareau, fils de son parrain, dont héritera son gendre le docteur Denis Blaise Morelot marié avec Jeanne Gareau.
3. Registre paroissial d'Éguilly (1607-1792), Archiv. dép. de la Côte-d'Or en ligne, 5MI 26R59, vue 388. Le parrain, « Jacques Gareau pensionnaire au collège d'Autun représenté par Ursin... ».
4. Extrait rapporté par un catalogue de vente d'autographes, L'AUTOGRAPHE S.A., Genève, 2003, n° 124, L.A.S., 2 p. in-4 ; Gratz, 2.IX.1809.
5. Tableau de l'organisation de l'armée d'Italie le 30 mars 1799 :
Commandant en chef : général Schérer
Aile gauche sous la conduite du général en chef
Division Serrurier
Général de brigade Meyer
Adjudants-généraux Garreau, Guillet et Becker

18e 1/2 brigade légère 1 967 h
29e 1/2 brigade de ligne 1 400 h
30e 1/2 brigade de ligne 1 950 h
2 compagnies de grenadiers 180 h
Cavalerie 850 h
Artillerie légère 60 h

Total : 7 347 h